Interview avec Nicolas Baudelot, co-fondateur de Medicalib

En 3 mots, quelle est votre activité ?

Medicalib est une plateforme qui facilite la prise de rendez-vous à domicile entre les patients et les infirmiers libéraux, les sages-femmes ou encore les kinésithérapeutes.

Créée en 2017 pour simplifier la vie des patients et pour faciliter la proximité soigné/soignant.

Le concept ? Un patient vient sur le site pour une demande de soin, il sélectionne le type de soin et ses disponibilités et on lui trouve le professionnel de santé disponible en fonction de l’adresse du patient. On est un peu le Doctolib des soins à domicile.

L’idée vient de mon co-fondateur, dont la mère était infirmière libérale qui a fait le constat que de nombreux patients appelaient des professionnels des professionnels de santé qui ne couvraient pas leur domicile. C’était beaucoup de temps perdu pour les soignants et les soignés.

Qui ciblez-vous ?

Plus de 200.000 patients ont été aidés jusqu’à présent. Medicalib est présent dans plus de 1.000 villes et 10.000 professionnels de santé travaillent avec nous tous les jours.

Le service est rapide et gratuit pour les patients et les professionnels payent un abonnement pour réduire leur administratif et fluidifier la mise en relation avec de nouveaux patients.

Selon vous, quels sont vos points forts ?

Nous nous adaptons aux contraintes des déplacements à domicile des professionnels et la gestion des tournées, ce qui est totalement différent de la gestion d’un cabinet médical classique..

Chez Medicalib, nous avons développé une capacité à comprendre le besoin des patients et de les matcher avec ceux des professionnels.

Quels sont vos challenges pour 2020 ?

Tous les patients atteints du Covid-19 vont avoir besoin d’un suivi à domicile, dans ce sens nous venons de signer un partenariat avec l’APHP pour simplifier la sortie des patients et le suivi des personnes contaminées (en présentiel ou via le télésuivi, nous sommes en train de finaliser un partenariat avec un acteur du secteur).

Le challenge est de faire face à la baisse de l’activité régulière pour certains professionnels de santé comme les kinés, qui ne peuvent plus consulter sauf en cas d’exceptions.

Comment gérez-vous vos recrutements ? Et le télétravail pendant la période du Covid-19 ?

On est une dizaine en interne, dont 50% pour l’équipe technique. On travaille tous en remote (évidemment) et pour s’organiser le mieux possible, on fait des points sur Slack tous les matins et en fin de journée et on essaye de se fixer des objectifs de réalisation de tâches par jour ou par semaine.