Étude des salaires de la santé 2022

Pour télécharger l’étude complète, cliquez-ici

Depuis quelques années, le marché de la santé est en pleine mutation. La croissance de la digitalisation du secteur s’est accélérée avec l’apparition du coronavirus en 2020. Le numérique offre de nouvelles possibilités d’accès au soin et s’efforce de réduire les coûts liés à la santé en apportant plus de proactivité et d’efficacité.

Les entreprises du secteur créent de nouvelles solutions digitales pour éliminer les points de friction ou de frustration dans le parcours utilisateur des patients. L’accent est mis sur la personnalisation de ce parcours, pour que le patient en soit l’acteur principal et reprenne le contrôle.

Aujourd’hui, le marché français de la télémédecine représenterait au moins 100 millions d’euros. D’ici à 2025, et alors que presque un Français sur deux a utilisé un outil numérique dédié à la santé depuis le début de la crise sanitaire, le marché des services de téléconsultation pourrait peser entre 200 et 300 millions d’euros. Le marché de la télésurveillance médicale, encore au début de sa lancée, pourrait se chiffrer à plus de 400 millions d’euros. Ensuite, celui des outils de coordination des parcours de soin pourrait atteindre entre 50 et 100 millions d’euros selon MedTech France, l’association des professionnels de la filière.

Le parcours médical est, lui aussi, de plus en plus digitalisé depuis l’accueil du patient dans les structures de soin, l’aide au diagnostic et à l’intervention jusqu’au suivi du rétablissement post intervention. Le digital permet aussi grâce à l’intelligence artificielle et au Deep Learning, de formuler plus rapidement des médicaments et d’accélérer leur mise sur le marché. C’est le cas de la startup Aqemia par exemple.

Il subsisterait encore de l’indécision du côté de la structuration des spécialistes de l’Intelligence Artificielle appliquée à la santé. On s’oriente vers une structuration de l’activité en filières exploitant les compétences complémentaires des industriels de santé et de startups ou d’éditeurs de logiciels santé.

Un engouement pour la HealthTech

En Europe, plus de 6.000 accords de licence et partenariats ont été signés entre 2017 et 2021 par les acteurs européens de la santé. Les années 2020 et 2021 ont été des années record en nombre d’opérations et de montants. Les produits issus des biotechnologies sont très divers et représentent la majorité des collaborations.

  • Presque 80% des entreprises de HealthTech ont recruté de nouveaux collaborateurs en 2021, la filière est dynamique et pourvoyeuse d’emplois, pour la plupart hautement qualifiés.
  • Les start-ups HealthTech françaises ont collecté un montant record de 2,3 Mds € soit une croissance de près de 50% par rapport à 2020.
  • L’État via Bpifrance a apporté son soutien financier inédit à hauteur de 1,2 Mds € soit plus de 4 fois qu’en 2020.

Produire les dispositifs médicaux innovants de demain en France

Selon le gouvernement, la filière française du dispositif médical compte 1 500 entreprises, dont 93% de start-ups et PME. Elles emploient en France près de 85 000 personnes et présentent un chiffre d’affaires de 31 milliards d’euros.

L’Etat met en place le volet « dispositif médicaux » de France 2030, qui aura pour objectif d’investir massivement dans le développement de technologies de dispositifs stratégiques comme les robots chirurgicaux, de faciliter l’accès des établissements de santé aux dispositifs médicaux innovants, de soutenir des projets d’industrialisation et de réduire les délais d’accès au marché.

Un soutien exceptionnel de l’Etat

En 2021, Bpifrance a mis en place des programmes permettant de soutenir 53 projets pour 100 M€ d’aides. Les actions vers les entreprises vont se poursuivre en 2022 afin de soutenir ces secteurs prioritaires et accompagner la feuille de route. Depuis le début de la crise, l’État a financé à hauteur de 856 M€ les entreprises qui luttent contre la Covid (vaccins, diagnostics, thérapeutique).

Bpifrance poursuit également sa dynamique d’accompagnement avec le Hub (12 startups accompagnées) et d’investissements en fonds propres avec 158 M€ investis au capital des sociétés de HealthTech et 205 M€ dans des fonds de capital-risque HealthTech en 2021.

En 2022, les entreprises du secteur prévoient plus de 2.000 recrutements et 87% des emplois à pourvoir sont dans la Recherche & Développement et la Production.

Notre méthodologie

Notre méthodologie

Notre étude s’appuie sur l’ensemble des recrutements réalisés pour nos clients en 2021 en Ile-de-France, les recherches et entretiens menés par nos consultants spécialisés, ainsi que l’analyse précise de notre base de données.
Nous avons traité les données récoltées en tenant compte des écarts-types et des données aberrantes.

Les fourchettes de salaires proposées sont donc fondamentalement empiriques. Si elles nous paraissent illustrer le marché de manière cohérente, elles sont aussi purement indicatives et ne sauraient être utilisées comme référence lors d’une négociation salariale.

En effet, outre les critères que nous avons retenus pour notre étude (type de poste et niveau d’expérience), de nombreux autres paramètres entrent en jeu lorsqu’il s’agit de définir un salaire : secteur d’activité, type de société, phase de financement, background académique, dernière rémunération perçue, etc.
Les rémunérations sont exprimées en milliers d’euros (k€) et correspondent au brut annuel avec attribué pour le poste.

Dans cette étude, nous avons :

·  Une analyse de plus de 700 profils répartis sur le secteur de la santé

·  Une grille de rémunération par poste et par années d’expérience

·  Les métiers les plus demandés par les recruteurs

·  Les tendances du marché d’un point de vue recrutement

Pour télécharger l’étude complète, cliquez-ici