Négocier son salaire ? Tout le monde aimerait être un expert dans ce domaine. Comment s’y prendre, surtout en France où le sujet reste très tabou ? Faut-il en parler pendant l’entretien ou doit-on laisser le recruteur aborder le sujet ? Et une fois le sujet abordé, comment savoir quel salaire prétendre et comment mettre en avant vos compétences pour bien le négocier ? 

Comme vous en doutez, il n’y a pas de recette miracle qui marche à tous les coups. En revanche, il existe quelques moyens pour mettre toutes les chances de votre côté. Nous vous avons donc listé 9 Tips pour vous aiguiller dans cette quête. 


S’autoévaluer ? Facile me direz-vous.. Mais de manière impartiale ? Plus difficile, non ? 

La première chose à faire : prendre du recul sur votre parcours tout en vous posant les questions suivantes :

• Quelles sont mes compétences ? 

• Qu’est-ce que j’apporte à l’entreprise ? 

• Quelles sont mes forces ?  Mes faiblesses ? 

• Qu’ai-je mis en place ? Et quelles sont les retombées ? 

Les réponses à ces questions vous permettront de justifier réellement votre valeur et vous serviront pour votre négociation. 

Vous vous êtes auto évalué et vous connaissez vos points forts à mettre en avant. Mais comment être concret et pertinent pour réussir à vous vendre ? 

Si vous êtes un commercial, vous pourrez mettre en avant vos compétences en vente grâce au chiffre d’affaires que vous aurez généré par exemple.

Côté médical, il est recommandé de mettre en avant votre spécialisation. Par exemple, les IBODE sont très recherchées donc mieux placées pour négocier. 

Essayez de chiffrer vos actions : nombre de patients pris en charge durant une journée…

Bref, donnez du concret et du chiffré ! 

Beaucoup d’entreprises publient annuellement des études de salaires. 

Gardez bien en tête qu’il s’agit de fourchettes de salaire et qu’en fonction de la structure, de l’expérience, de la culture de l’entreprise… les chiffres peuvent évoluer. Cela donne au moins une idée d’une fourchette de salaire à laquelle vous pouvez prétendre. Vous pouvez retrouver notre étude pour l’année 2020 ICI. 

Lorsque vous cherchez un restaurant pour aller manger que faites-vous ? Vous regardez les avis de ceux qui y ont déjà mangé pour savoir si ça vaut le coup, non ? 

Et bien c’est pareil pour les recruteurs. Pour évaluer vos compétences et vos capacités, ils vont contacter vos anciens employeurs. Alors, prenez les devants et donnez vos références en amont. Choisissez de préférence un profil managérial qui donnera du poids à votre profil plutôt qu’un collègue.  

Pas de nouveauté, il faut préparer votre entretien. Avant de vous y rendre, n’oubliez pas de relire votre fiche de poste tout en vous entraînant à mettre en parallèle votre expérience avec vos missions. Montrez que vous avez compris le besoin et que vous êtes LA réponse.  

L’Objectif : Rassurer la personne en train de vous interviewer et montrer que vous avez les compétences et la motivation pour le poste.

Le moment tant redouté est là. Vous y êtes. Mais comment introduire le sujet du salaire ? 

Les Français ont un blocage dès qu’il est question de salaire… sauf les recruteurs ! Pourquoi ? Parce qu’ils sont formés à négocier les salaires, c’est un peu une seconde nature pour eux.

En revanche, il faut le faire en finesse et au bon moment. Il est préférable d’attendre la fin de l’entretien pour aborder le sujet. Le recruteur est prêt à (presque) tout entendre du moment que c’est justifié !

Le recruteur n’est pas votre ennemi. Son objectif est de vous trouver le job de vos rêves. Qui dit job de vos rêves dit -dans la mesure du possible- le salaire qui vous convient. Échangez avec lui de manière efficace. 

Ça passe par quoi ? Commencez par sourire en entretien et n’oubliez pas d’envoyer un email de remerciement par exemple. Vous verrez à quel point la négociation salariale en sera facilitée !

Pendant l’entretien, gardez bien en tête que :

Vous serez (peut-être) son futur collègue… et personne ne veut travailler avec quelqu’un d’antipathique. Il est souvent décisionnaire et peut plaider en votre faveur… ou en votre défaveur s’il le souhaite.

Selon la taille de l’entreprise, la localisation où le secteur les grilles de salaires peuvent être très variées. N’hésitez pas à chercher à connaître les grilles de salaires en interne. 

Deux objectifs derrière ce point :

• Vous pourrez voir quelle est votre marge de négociation. Pour éviter toute discrimination, les entreprises doivent maintenir une cohérence au niveau de la rémunération de leurs employés par type de poste. 

• Vous pouvez également vous balader sur LinkedIn pour comparer votre profil avec vos futurs collègues.

Soyez objectif. Du point de vue employeur, avez-vous un profil plus ou moins attractif ? En fonction, vous pourrez vous situer sur cette marge de négociation.

Glassdoor est également un bon indicateur – vous pourrez voir ce que les employés (anciens ou actuels) peuvent vous dire sur l’entreprise.

Vous pourrez également jouer sur la reprise de votre ancienneté. Attention ! Selon la convention collective 51, la reprise est estimée à 75% pour un salarié venant d’un autre établissement de la FEHAP et moins pour les autres établissements. 

À noter que dans la fonction publique, pour la partie médicale, les salaires sont verrouillés par des grilles de salaires prédéfinis, selon la convention 66. Il sera alors très compliqué de négocier votre salaire.

Vous n’avez pas réussi à obtenir le salaire que vous souhaitez ? Pas de soucis, vous pouvez toujours négocier pour une réévaluation après votre période d’essai 

Exemple : vous souhaitez 60k/an, mais le recruteur vous fait une offre non négociable à 55k. Or, vous n’êtes pas vraiment satisfait. Vous pouvez demander à rester à 55k sur votre période d’essai, mais inscrire, sur contrat, une réévaluation à 60k à partir du moment où elle valide votre période d’essai. 

C’est un pari qui – si accepté – peut être très intéressant, car :

• L’entreprise prend moins de risque financier

• Si validé, vous aurez « mérité et gagné » ce salaire

• Si vous êtes passé par un cabinet, l’entreprise économise la commission du cabinet qui ne sera plus valable 8 mois après votre embauche

Mais attention à bien faire attention à la façon avec laquelle vous allez aborder le sujet. Et attendez-vous à ce que l’entreprise prête une attention particulière à vos objectifs de période d’essai.

Vous voici maintenant paré pour négocier votre salaire !